Skip to main content

COUVENT DE SANT DOMINGO

Carrer de Guillem Cifre de Colonya, s/n

LE COUVENT DE SANT DOMINGO EST LE LIEU OU SE DEROULE LE FESTIVAL DE POLLENÇA

LE COUVENT DE SANT DOMINGO A ETE CONSTRUIT PAR LES FRERES DOMINICAINS ENTRE 1558 ET 1616. CHAQUE ETE, LE COUVENT ACCUEILLE LE FESTIVAL DE POLLENÇA, L'UN DES PLUS IMPORTANTS FESTIVALS DE MUSIQUE AU MONDE.

Les dominicains ont érigé entre les XVIe et XVIIe siècles ce magnifique bâtiment dont le cloître accueille chaque année l’une des principales rencontres de musique classique du monde.

Ce bâtiment a été érigé par les moines dominicains (1) entre 1558 et 1616 ayant pour objectif de renforcer leur présence à Pollença, puisqu’ils se sont installés initialement à l’Oratoire du Roser Vell, dont l’origine remonte au XIVe siècle. Les dominicains ont occupé l’église et le couvent jusqu’en 1833, où l’ensemble a été désamorcé (2), et quelques années plus tard, l’État l’a cédé à la Mairie de Pollença.

Depuis lors, il a reçu de nombreuses utilisations : un hospice-résidence, une caserne de la Guardia Civil, une école ou un musée.
L’église du couvent est à plan basilical (3) et possède dix chapelles latérales, chacune d’entre elles est décorée avec un retable de l’époque de sa construction. Le plus important d’entre eux est sans aucun doute celui qui préside l’église, qui a été réalisé entre 1651 et 1662 par le sculpteur majorcain Joan Antoni Oms, et qui est dédié à la Vierge du Roser, patronne des dominicains. L’image qui le comprend date du XVe siècle et provient de l’Oratoire du Roser qui peut être également visité à Pollença.

Près de l’église se trouve le joyau de ce bâtiment : un cloître au style baroque (4) dont la construction s’est terminée en 1616 et qui est très connu non seulement pour la beauté de ses quatre couloirs à portiques, mais aussi parce qu’il est le siège du Festival de Musique classique de Pollença depuis 1962. Dans cette rencontre annuelle, qui se déroule pendant les mois de juillet et d’août, les meilleurs orchestres, chorales et chanteurs d’opéra du monde se donnent rendez-vous, et profitent non seulement d’une belle scène, mais aussi de l’acoustique excellente que ce cloître offre.

La musique à Pollença

Ce festival a pour origine la tradition musicale existante à Pollença, qui a compté divers chorales tout au long de son histoire et qui par exemple, a été le berceau du musicien Miquel Capllonch (5). Ainsi, l’une des principales institutions sociales et culturelles de cette commune, le Club Pollença, a organisé en 1960 une performance de musique classique avec l’intention précisément de mieux faire connaître l'œuvre de Capllonch. Le concert a attiré l’attention du célèbre violoniste britannique Philip Newman (6) qui, amoureux comme tant d’autres britanniques de Pollença, a cru possible que cette commune devienne le siège d’une série de concerts de musique classique du plus haut niveau.

De cette façon, Newman a obtenu que la Mairie mette en marche le Festival de Musique Classique de Pollença en 1962, en même temps que les autorités locales menaient une restauration profonde du cloître pour qu’il devienne un espace apte pour les actes culturels. Depuis lors, des centaines d’artistes reconnus mondialement sont passés par ce lieu, parmi eux la soprano Montserrat Caballé, le violoncelliste Mstislav Rostropovich ou l’Orchestre National de France présidé par Lorin Maazel.

Le propre Philip Newman, dont on peut voir un buste à l’entrée du cloître, a dirigé ce festival jusqu’à son décès prématuré en 1966 à Majorque. En effet, le dernier concert public offert par Newman a eu lieu dans le cadre de ce Festival l’été de cette année-là, lorsqu’à la demande d’un journaliste, il a interprété le Recitativo et Scherzo Capricho du compositeur autrichien Fritz Kreisler.

(1) Frères dominicains : L’Ordre des prêcheurs, mieux connu comme ordre dominicain, est un ordre mendiant catholique fondé par le religieux de Burgos Domingo de Guzmán en 1216 dont les membres, les frères dominicains, préconisent une vie de prédication proche du peuple et pacifique qui doit rester unie à l’austérité et la pauvreté, maintenant des votes de chasteté et d’obéissance. Parmi les dominicains les plus connus tout au long de l’histoire, Thomas d’Aquin, Vicenç Ferrer ou Bartolomé de las Casas sont des plus remarquables.

(2) Désamortissement : Les gouvernements libéraux espagnols ont développé tout au long du XIXe siècle un processus d’expropriation, de nationalisation et de vente aux particuliers d’une bonne partie des propriétés que l’église catholique avait accumulé dans le pays, ayant pour objectif de renforcer les fonds publics, qui traversaient des difficultés sévères en raison des guerres et de la perte des colonies.

(3) Plan basilical : Type de conception architecturale qui a son origine dans les bâtiments publics romains consistant en une nef principale qui est séparée par d’autres nefs latérales à la hauteur moins élevée par des rangées de colonnes, ce qui permet aux fidèles de guider leur vision vers le chevet de l’église, qui est souvent une abside où se trouve l’autel majeur. L’accès à l’église s’effectue par ses pieds.

(4) Style baroque : Terme avec lequel s’identifie le mouvement culturel et le style artistique développé aux alentours du XVIIe siècle et de la moitié du XVIIIe siècle et qui se défini par l’ornementation excessive. En effet, le concept de Baroque a été inventé par ses critiques en utilisant le vocable français « baroque », l’une des possibles traductions étant « extravagant », faisant référence à ce qui était considéré un excès de la part de certains artistes. En tant que style il est le successeur de la Renaissance, il a précédé le Néoclassicisme, et il a commencé à devenir populaire en Italie, pour ensuite s’étendre au reste de l’Europe.

(5) Miquel Capllonch : Né à Pollença en 1861 au sein d’une famille aisée, Miquel Capllonch i Rotger a suivi des études au Conservatoire de Madrid et à l’école supérieure de musique de Berlin, devenant un célèbre pianiste qui a profité d’amitiés de grands musiciens tels que Anton Rubinstein. Il a composé une grande quantité de pièces pour les ordres religieux des Teatinos et des Sœurs de la Charité de Pollença, obtenant ainsi la popularisation de la musique classique de cette commune, où il est décédé en décembre 1935.

(6) Philip Newman : Né à Manchester en 1904, fils de l’un des meilleurs chanteurs de l’époque, Philip Newman a étudié le violon dans sa ville natale et à Bruxelles, où il a était remarqué très rapidement par sa magnifique interprétation, ce qui l’a mené à côtoyer pendant toute sa vie les plus grands musiciens de l’époque, tels que Pau Casals, Yehudi Menuhin ou Igor Stravinsky. Il a été également professeur de musique de la reine Isabelle de Belgique, bien qu’il ait également dédié beaucoup de temps à offrir des concerts aux personnes moins privilégiées de l’Afrique. Il est décédé à sa chère Majorque en 1966.